Marcantonio RAIMONDI (c. 1480 – c. 1534)

 

Marcantonio RAIMONDI d’après Raphaël, « Le jugement de Pâris », 1510-1520.

Marcantonio RAIMONDI fut un précurseur de la gravure de reproduction et de la manière noire avec cette estampe obtenue par un travail au burin sur cuivre dépoli à la pierre ponce.

Cette entrée a été publiée dans Classique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

John Raphael SMITH (1752 – 1812)

John Raphael SMITH, « Europa », 1776.

Né en 1752 à Derby en Angleterre, John Raphael Smith est un peintre et graveur en manière noire anglais. Professeur de William Turner, ses manières noires furent particulièrement appréciées des connaisseurs. Il est mort le 2 mars 1812 à Doncaster.

Cette entrée a été publiée dans Classique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Nicolaas VERKOLJE (1673 – 1746)

Nicolaas VERKOLJE, « Le piège à souris », d'après Gerard Dou.

Cette entrée a été publiée dans Classique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Valentine GREEN (1739 – 1813)

Valentine GREEN, « Leda et le cygne », d'après George Willison.

Cette entrée a été publiée dans Classique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Ludwig von SIEGEN (c. 1609 – c. 1680)

Ludwig von SIEGEN, « Portrait de la princesse Amélie-Élisabeth de Hesse », 1642, New York, Metropolitan Museum of Art.

Ludwig von SIEGEN passe pour l’inventeur de la manière noire (Cf. Léon de Laborde, Histoire de la gravure en manière noire, Paris : Jules Didot l’ainé, 1839). Son portrait d’Amelie von Hessen est une des premières estampes obtenue par cette technique.

Cette entrée a été publiée dans Classique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

William PETHER (c. 1738 – c. 1821)

William PETHER, « Three persons viewing the gladiator by candlelight », d'après Joseph Wright of Derby.

 

Cette entrée a été publiée dans Classique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

John MARTIN (1789 – 1854)

John MARTIN, « Creation of the light », estampe tirée de John Milton, « Paradise lost », Londres : Septimus Prowett, 1825.

Cette entrée a été publiée dans Classique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.